Cuisson primitive
(pite fire)

Cette pratique s’est développée en Californie à partir des années soixante dix. Considérée comme une expérience comportant plus d’aléas que dans un four classique, la cuisson en fosse reflétait une pratique et un enseignement de la céramique se rapprochant des happenings de l’époque.
La fosse est entièrement briquetée, sa taille et sa profondeur permettent de recevoir une quinzaine de pièces.
Creusée à même le sol, elle est recouverte partiellement d’une tôle métallique. La cuisson dure plusieurs jours, le contrôle de l’apport d’oxygène influence les nuances obtenues. Le combustible est à base de divers bois, sciure, matières organiques, sels minéraux, algues et bouse de vache. La diversité des combustibles induit la diversité des résultats.
Comme de nombreuses pièces peuvent être cuites en une seule session, ce mode très lent est idéal pour cuire en groupe et créer des liens entre les intervenants.


Cuisson en réduction

Après une première cuisson au four électrique à 950°, les pièces sont préparées pour subir une deuxième cuisson dans un four en cloche.
A 900°C les pièces sont défournées et déposées dans un récipient métallique rempli de matière combustible. L’incandescence des pièces enflamme les matières.
Le récipient recouvert d’une tôle métallique provoque le manque d’oxygène, étouffe les flammes et entraîne une production de fumée, le carbone pénètre dans la matière.
Les pièces sont finalisées après nettoyage et un dernier polissage.


Terre Sigillée

DANS L'ANTIQUITE
La terre sigillée du latin sigillum, (sceau) est un engobe (Argile liquide) composé uniquement des plus fines particules de l'argile.
Elle était caractéristique de l'Antiquité grecque et romaine, destinée à la décoration et à l’étanchéité des poteries.
Ce type de poterie rencontra un très grand succès dans le monde méditerranéen à partir du règne d'Auguste.
Facilement identifiables et datables, les tessons de céramique sigillée constituent un important fossile directeur dans les fouilles archéologiques et sont de précieux indices pour dater des stratigraphies.

AUJOURD'HUI
On la fabrique en ajoutant de l'argile à de l'eau, avec une petite quantité de défloculant qui conduit les particules les plus fines de l'argile à rester en suspension dans l'eau, tandis que les particules plus lourdes tombent au fond.
Après 48 heures, les particules fines sont siphonnées, et le reste éliminé.
Cet engobe de terre sigillée est appliqué sur les pièces suivant les méthodes habituelles.
Puis la surface est légèrement polie avec un chiffon doux, créant alors une surface naturellement lustrée beaucoup plus séduisante que l'aspect froid et brillant d'un émail.